Le Fil du Temps – 1000 et une passions

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'Les peintres preraphaelites et l’art victorien 1ere par'

La peinture victorienne et le style Preraphaelite(1ere partie)

Posté : 5 octobre, 2010 @ 12:07 dans Les peintres preraphaelites et l'art victorien 1ere par | 190 commentaires »

Pour celles et ceux qui aiment l’art, plus précisément la peinture, surtout ne partez pas, car je vous invite à découvrir et enrichir vos connaissances sur de magnifiques oeuvres d’art du XIXème siècle. Vous allez pouvoir visionner les galeries d’oeuvres d’art de différents artiste-peintres et même, si vous le souhaitez,  télécharger avec une excellente qualité vos oeuvres préférées.

La peinture victorienne et Le style « Préraphaélite »

Vous allez me dire quel nom barbare que ce « préraphaélite » ce qui n’est pas faux, mais pour celles et ceux que ça intéresse, vous trouverez ci-après l’histoire résumée de ce mouvement artistique né en 1848 au Royaume Uni.

Cette petite explication est nécessaire pour bien comprendre et ressentir les oeuvres d’art peintes par ces artistes, que je vous présente à la suite de cet article.

Pour faire au plus court, l’histoire des Préraphaélites commença avec la rencontre de deux artites-peintres William Hunt et John Everett Millais. Pour eux l’art anglais était figé par le conformisme académique. Ils souhaitaient retrouver les tonalités claires, vives et chantantes des grands maîtres d’autrefois. Bref ils étaient lassés des banalités enseignées à la Royal Academy. Un troisième laron se joint à nos deux artistes, Dante Gabriel Rossetti, et ensemble ils étudient l’oeuvre de Raphaël, « la Transfiguration »  (Vatican, Rome). Cette oeuvre maîtresse de Raphaël avait été critiquée pour les poses pompeuses des Apôtres et les attitudes du Sauveur, contraires à une spiritualité vraie, et dans l’ensemble par son dédain de la simplicité et de la vérité. Ce tableau marquait à leurs yeux un pas décisif vers la décadence de l’art à l’époque de la Renaissance italienne. En 1848 ils fondent officiellement la « confrérie préraphaélite« .

La dernière oeuvre de « Raphaël » datant du XVIème siècle étudiée par Hunt, Millais et Rossetti

Fichier hébergé par Archive-Host.com

La Transfiguration – 1516/1520 – Raphaël - Musées du Vatican

NOTE : La Transfiguration est le dernier tableau peint par Raphaël commencé en 1518, inachevé de sa main en 1520, date de sa mort. Il est conservé dans les Musées du Vatican. Voir l’article complet sur wilkipédia : ICI

Les préraphaélites avaient, entre autres, pour dessein de rendre à l’art un but fonctionnel et édifiant, leurs oeuvres avaient pour fonction d’être morales, comme toute oeuvre se devait de l’être à cette époque (le conformisme académique), mais ils n’excluaient pas leur désir d’esthétisme. Le but de ces artistes était de s’adresser à toutes les facultés de l’homme : son esprit, son intelligence, sa mémoire, sa conscience, son coeur… et non pas seulement à ce que l’oeil voit!

Quelques oeuvres de Dante Gabriel Rossetti :

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Ecce Ancilla Domini (The Annunciation, 1849-50) – Dante Gabriel Rossetti

**********

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Lady Lilith – Huile sur toile – (Pas de date) Dante Gabriel Rossetti

**********

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Found – 1853 / 1859 – Dante Gabriel Rossetti

Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914)

La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l’académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l’époque est mis au service d’un moralisme conventionnel ou d’un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol, et les scènes de foule de William Powell Frith (1819-1909) sont plus intéressantes pour les historiens que pour les amateurs de peinture. Il est bon de rappeler, pour comprendre cette évolution générale, que la traditionnelle clientèle aristocratique des artistes s’est élargie à une nouvelle bourgeoisie issue de la révolution industrielle, pour qui l’art doit être essentiellement descriptif et édifiant. La recherche picturale la plus féconde se fait en marge de la Royal Academy, chez des isolés comme Samuel Palmer (1805-1881), qui a laissé d’étranges paysages visionnaires, ou dans le groupe des «  préraphaélites  » formé vers 1850. Néanmoins, il ne faut pas exagérer les différences d’inspiration entre les membres de ce groupe et les autres peintres ; on trouve chez les uns et les autres de la peinture d’histoire, des portraits et des paysages. Ce qui les différencie le plus évidemment c’est leur technique ; abandonnant les fonds bitumineux, les préraphaélites posent leurs couleurs sur un fond blanc encore humide, ce qui accentue leur luminosité. Dante Gabriel Rosseti (1828-1882) aime les sujets littéraires ou religieux, illustrés grâce à la beauté vénéneuse de ses modèles favoris. William Holman Hunt (1827-1910) peint des sujets allégoriques avec des couleurs stridentes. Edward Burne-Jonesau contraire, choisit des tons froids pour illustrer les légendes arthuriennes. Le plus doué du groupe est sans conteste John Everett Millais (1829-1896), dont l’éclectisme et le brio lui valent les faveurs du public (La Jeune Fille aveugle , 1856, City Art Gallery, Birmingham). 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Fichier hébergé par Archive-Host.com 

La Jeune Fille aveugle – John Everett Millais (1856)

**********

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Le Triomphe des Innocents – William Holman Hunt

**********

Fichier hébergé par Archive-Host.com

The awakening conscience (l’éveil de la conscience) 1851/53 – William Holman Hunt

**********

Fichier hébergé par Archive-Host.com

The Mirror of Venus – 1898 – Sir Edward Coley Burne-Jones

**********

Fichier hébergé par Archive-Host.com

The beguiling of Merlin – 1874 – Sir Edward Coley Burne-Jones

**********

Tableau « La Roue de la Fortune » – 2 versions :

version 1 exposée au National Gallery of Victoria, Melbourne

Fichier hébergé par Archive-Host.com

The Wheel of Fortune – 1871/1885 – Sir Edward Coley Burne-Jones – National Gallery of Victoria, Melbourne

**********

version 2 exposée au Musée d’Orsay, Paris

Fichier hébergé par Archive-Host.com

The Wheel of Fortune – 1875/1883 – Sir Edward Coley Burne-Jones – Musée d’Osay,  Paris

Note : Lillie Langtry, la maîtresse du prince de Galles, a siégé pour la tête de Fortuna (ou Dame Fortune)

Vers 1860, c’est un Américain, James McNeill Whistler (1834-1903), qui fit souffler un vent nouveau dans le milieu artistique londonien. Fasciné par Velázquez mais aussi par la peinture japonaise, il cultive la sobriété de la couleur et l’élégance du graphisme. Non sans provocation, il se plaît à intituler certains portraits du nom des couleurs dominantes (Arrangement en gris et noir no 2 : Thomas Carlyle , 1873, Corporation Art Gallery, Glasgow). Après 1870, les galeries privées et les écoles d’art se développent, et les peintres les plus originaux ne gravitent plus dans l’orbite de l’académie. Des groupes d’avant-garde se constituent, tel le New English Art Club (1886), dont les membres ont étudié à Paris et sont sous le charme de plein-airisme et bientôt de l’impressionnisme. Walter Sickert, influencé par Degas, et Philip Wilson Steer ont surtout le mérite d’initier le public des galeries londoniennes au nouveau langage de la peinture. Mais c’est seulement en 1910, lors de l’exposition postimpressionniste organisée par Roger Fry, que l’ampleur de la révolution esthétique en cours sur le continent allait être révélée en pleine lumière.

**********

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Arrangement en Noir et Gris, 1871, James McNeill Whistler  – Musée d’Orsay, Paris

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Nocturne en Bleu et Or – le Vieux Pont de Battersea 1872-1875, James McNeill Whistler  – huile sur toile, 67,9 x 50,8, Tate Gallery, Londres. 

Sources :  Documentation,  Photographies et reproductions oeuvres : Partiellement de Wilkipédia,   Victorian Web,  A.R.C (Art Renewal Center Museum) – Les images publiées sont des reproductions photographiques  fidèles d’une œuvre d’art originale en deux dimensions. L’œuvre d’art elle-même est dans le  domaine public  pour la raison suivante : Son copyright a expiré. Ceci est valable aux États-Unis d’Amérique, en Australie, ainsi que dans l’Union Européenne et dans les pays où le copyright  a une durée de vie de 70 ans ou moins après la mort de l’auteur.

 Oeuvres de Sir Lawrence Alma Tadema (1836 – 1912)

Sir Lawrence Alma-Tadema est un peintre britannique  d’origine néerlandaise.

En 1862,il se rend à Londres  pendantl ‘Exposition universelle. Lorsqu’il visite le British Museum, , il est très impressionné par la collection d’objets égyptiens  et particulièrement par la « frise du Parthénon », ce qui influencera considérablement son œuvre par la suite.

En 1863 il épouse une française, Marie Pauline Gressin de Boisgirard, et découvre l ‘Italie  lors de leur voyage de noces. Alors qu’il avait prévu d’y étudier l’architecture des églises primitives, il tombe sous le charme des ruines de Pompéi.  Il en rapportera une impressionnante collection de photographies qui lui servira de documentation pour ses toiles à venir, représentant pour la plupart des scènes de la vie courante durant l’Antiquité.  Plus tard, sa grande habileté à reproduire l’architecture antique lui vaudra le surnom de « peintre du marbre ».

En 1876, il devient membre de l’Académie Royale et en 1899,  il est anobli par la reine Victoria. Après une carrière de près de soixante ans, il meurt au spa de Wiesbaden (Allemagne)  le 25 juin 1912. Son corps repose dans la cathédrale Saint-Paul de Londres. 

Découvrez les oeuvres de Sir Lawrence Alma Tadema : Cliquez sur l’image pour visionner  la galerie contenant 69 de ses oeuvres.Vous pourrez télécharger les images, les afficher dans différentes tailles, (de 240 à 1024 pixels);  Il suffira de cliquer sur l’image de votre choix et ensuite sur la loupe pour zoomer et choisir le format d’affichage; Enfin vous aurez la possibilité de laisser un commentaire, expliquant par exemple quelle oeuvre vous préférez, ou laisser une critique (bonne ou mauvaise) bref,  exprimez-vous! Bonne visite…

Fichier hébergé par Archive-Host.com

**********

Oeuvres de Anne-François-Louis JANMOT (1814 – 1892)

Louis JANMOT est un peintre et poète français de l’école de Lyon

Janmot est considéré comme un artiste de transition entre le romantisme  et le symbolisme,  préfigurant le versant français du préraphaélisme….Voir la suite sur l’article » La peinture victorienne et le style Preraphaelite (seconde  partie) »

 

In lack of inspiration? |
"La Blanchisserie" |
bustina1007 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les lapinous
| renunikodas
| dourweber